Il faisait partie de ces personnes qui mettent mal à l'aise. De celles qui en imposent et indisposent. S'était pourtant une personne touchante.

Grand échalas tout dégingandé. Derrière des airs, parfois, froids et distants, la bienveillance, quelqu'un de protecteur, d'attentif... Il savait être présent et se rendre disponible. Pince-sans-rire invétéré à la répartie singlante, jubilant lors joutes verbales avec des adversaires à sa hauteur -trop peu nombreux. Un vrai personnage.

Il faisait partie de ces personnes qui ont compté, qui ont oeuvré -en douce- pour me faciliter le quotidien au boulot.

Et aujourd'hui, la nouvelle est tombée. Les bras m'en sont tombés. Les mots m'ont manqué.

Je crois que nous sommes, ce soir, un bon nombre d' "orphelins" ou d' "accolites" désarmés, démunis. Il nous manquera. Mais il y aura toujours, un grand fantôme qui rôdera dans les couloirs, pour veiller au grain...

Il est des gens dont l'importance de notre attachement nous surprend à l'annonce de leur mort...

A lui...